Les problèmes articulaires, qu’il s’agisse d’arthrite classique ou de lésions des tissus mous, affectent la vie de jusqu’à 30 % de la population mondiale. Bien qu’ils ne menacent pas la vie, les problèmes articulaires peuvent réduire considérablement la qualité de vie. Le prédicteur le plus important de l’arthrite est l’âge, de sorte que l’effet simple du temps sur l’usure du cartilage. Et avec le vieillissement de la population mondiale, ce problème n’est pas en déclin. [1] D’autre part, les blessures aux tissus mous sont à la hausse en raison d’un engagement accru des petits et des grands dans les sports extrêmes ou compétitifs.

Quelles sont les causes de l’arthrite

L’arthrite –ou arthrose pour la différencier de la polyarthrite rhumatoïde, qui est une maladie auto-immune– se caractérise par une perte progressive et traditionnellement irréversible du cartilage. Par nature, le cartilage ne guérit pas ou ne se répare pas très bien parce qu’il a une mauvaise circulation sanguine. La perte progressive du cartilage conduit à l’inflammation et la douleur, et finalement à l’incapacité de déplacer l’articulation. Les seuls traitements disponibles sont essentiellement des analgésiques et des anti-inflammatoires.

Cellules souches à la rescousse

Au début du développement de la recherche sur les cellules souches, on a découvert que les cellules souches de moelle osseuse avaient la capacité de se transformer en cellules musculaires et osseuses, et de soutenir la reconstitution du tendon et du cartilage. [2] Une approche pour le traitement de l’arthrite était de développer des échafaudages faits de matière organique, comme les polysaccharides, qui finiraient par se dissoudre mais fourniraient une matrice sur laquelle les cellules souches pourraient former des chondrocytes qui à leur tour feraient du cartilage. D’autres scientifiques ont utilisé une approche plus directe de simplement injecter des cellules souches de moelle osseuse directement dans l’articulation, avec ou sans échafaudage, avec diverses méthodes pour aider les cellules souches à rester dans l’articulation et se transformer en cellules capables de produire du cartilage. [4] [5] [6]

Mobilisation endogène des cellules souches et réparation conjointe

Au cours de ces investigations, les cellules souches ont été documentées comme ayant la capacité de migrer dans une articulation blessée et de participer à la réparation des tissus. [7] Dans une étude, la libération des cellules souches de la moelle a été stimulée afin de récolter des cellules souches des patients dans le but de réinjecter plus tard ces cellules souches dans le sang du patient. Dans cette étude, 15% des participants ont rapporté des améliorations significatives après la procédure simple de libérer leurs propres cellules souches, sans injections de cellules souches. [8]

Un article remarquable a rapporté le cas d’une femme qui avait souffert de rhumatisme articulaire débilitant pendant plus de 10 années. Au moment de l’étude, elle était incapable de se baigner et de s’habiller sans aide, et incapable de marcher. Consommant un exhausteur naturel de cellules souches tous les jours, elle a commencé à éprouver des avantages significatifs après 3 mois, avec le rétablissement de la capacité de marcher et de fonctionner de façon autonome après 1 an. [9]

Cellules souches appliquées aux blessures aux tissus mous

Compte tenu de l’incidence des lésions des tissus mous dans les sports compétitifs et professionnels, comme l’entorse des chevilles et des ligaments déchirés, l’application de cellules souches adultes pour de telles blessures a également été étudiée. On a rapidement découvert que les tendons contiennent leurs propres cellules souches appelées cellules souches dérivées du tendon (TDSC) et que ces cellules souches semblent être les plus efficaces pour réparer les blessures causées par les tissus mous. Cela dit, le TDSC est difficile à isoler et son nombre diminue avec le vieillissement.[10] La deuxième meilleure alternative est les cellules souches mésenchymales, qui peuvent aider à repeupler le pool TDSC.[11] En effet, l’injection de cellules souches de moelle osseuse directement dans le tendon a conduit à une réparation significative.[12]

Consultez plus de systèmes d’organes dans notre outil interactif

L’ESCM peut aider à réparer les tissus mous

Il a également été observé qu’à la suite d’une blessure au tendon ou au ligament, les cellules souches sont libérées de la moelle osseuse où elles migrent directement dans le tissu endommagé et contribuent à la réparation des tissus.[13] Il est donc possible que le simple fait d’améliorer la libération de cellules souches de la moelle osseuse pourrait améliorer la réparation des tissus mous. Une étude a rapporté que la mobilisation endogène de cellules souches (ESCM) a amélioré le rétablissement d’une blessure de coiffe de rotateur.[14]

Dans une autre étude, un exhausteur naturel de cellules souches a été donné aux joueurs de soccer professionnels qui avaient des blessures aux tissus mous de la cheville et ne pouvaient pas commencer la saison. L’équipe avait douze joueurs avec des blessures à la cheville, donc six des joueurs consommé l’exhausteur de cellules souches tous les jours tandis que les autres joueurs ont utilisé des thérapies traditionnelles. L’étude a rapporté que tous les joueurs consommant l’exhausteur naturel de cellules souches ont éprouvé la réduction de la douleur pendant le processus curatif, une plus grande gamme de mouvement et la stabilité commune à 14 jours, et ont tous pu retourner au jeu une semaine avant le groupe témoin.[15]

Conclusion

Il reste encore du travail à faire afin d’identifier la meilleure approche et la moins invasive pour utiliser les cellules souches pour la réparation articulaires. Mais en attendant, l’ESCM utilisant des exhausteurs naturels de cellules souches peut aider à soutenir la réparation des tissus endogènes et à améliorer la qualité de vie.

Sources

[1] Thérapie mésenchymale de cellules souches dans le traitement de l’ostéoarthrite : voies réparatrices, sûreté et efficacité – une revue.

Freitag J, Bates D, Boyd R, Shah K, Barnard A, Huguenin L, Tenen A.

BMC Musculoskelet Disord. 26 mai 2016;17:230.

 

[2] Cellules souches pour la réparation du cartilage et des os : le prochain défi dans l’ostéoarthrite et la polyarthrite rhumatoïde.

Jorgensen C, Noel D, Apparailly F, Sany J.

Ann Rheum Dis. 2001 avril;60(4):305-9.

 

[3] Approches régénératrices pour la réparation de cartilage dans le traitement de l’ostéoarthrite.

Li MH, Xiao R, Li JB, Zhu Q.

Cartilage d’arthrose. 2017 Oct;25(10):1577-1587.

 

[4] Cellules souches mésenchymales et leurs applications cliniques dans l’ostéoarthrite.

Chang YH, Liu HW, Wu KC, Ding DC.

Greffe cellulaire. 2016;25(5):937-50.

 

[5] Recrutement in situ de cellules souches mésenchymales dérivées de la moelle osseuse humaine utilisant des chimiokines pour la régénération du cartilage articulaire.

Park MS, Kim YH, Jung Y, Kim SH, Park JC, Yoon DS, Kim SH, Lee JW.

Greffe cellulaire. 2015;24(6):1067-83.

 

[6] Injection intra-articulaire des cellules souches mésenchymales pour le traitement de l’ostéoarthrite du genou : un essai clinique de preuve de concept.

Jo CH, Lee YG, Shin WH, Kim H, Chai JW, Jeong EC, Kim JE, Shim H, Shin JS, Shin IS, Ra JC, Oh S, Yoon KS.

Cellules souches. 2014 Mai;32(5):1254-66. doi: 10.1002/tige.1634.

 

[7] Mobilisation des cellules souches mésenchymales dérivées de moelle dans les tissus blessés après injection intraarticulaire et leur contribution à la régénération de tissu.

Agung M, Ochi M, Yanada S, Adachi N, Izuta Y, Yamasaki T, Toda K.

Genou Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2006 Déc;14(12):1307-14.

 

[8] Transplantation autologue de cellules souches hémopoïétiques dans la polyarthrite rhumatoïde grave : un rapport de l’EBMT et de l’ABMTR.

Snowden JA, Passweg J, Moore JJ, Milliken S, Cannell P, Van Laar J, Verburg R, Szer J, Taylor K, Joske D, Rule S, Bingham SJ, Emery P, Burt RK, Lowenthal RM, Durez P, McKendry RJ, Pavletic SZ, Espigado I, Jantunen E, Kashyap A, Rabusin M, Brooks P, Bredeson C, Tyndall A.

J Rheumatol. 2004 Mar;31(3):482-8.

 

[9] Le potentiel
thérapeutique de stimuler la mobilisation endogène de cellules souches
. : Régénération des tissus – De la biologie de base à l’application clinique. Drapeau C, Eufemio G, Mazzoni P, Roth GD et Strandberg, S. InTech Open, 2012.

 

[10] Vieillissement des cellules souches/progénitrices dérivées du tendon : autodé renouvellement défectueux et destin altéré.

Zhou Z, Akinbiyi T, Xu L, Ramcharan M, Leong DJ, Ros SJ, Colvin AC, Schaffler MB, Majeska RJ, Flatow EL, Sun HB.

Cellule vieillissante. 2010 Oct;9(5):911-5.

 

[11] Cellules souches mésenchymales habilitant les thérapies régénératives de tendon.

Costa-Almeida R, Calejo I, Gomes ME.

Int J Mol Sci. 2019 19 juin;20(12).

 

[12] Étude de la greffe de cellules souches mésenchymales et tendineuses de moelle osseuse sur l’effet régénérant des ruptures du tendon d’Achille chez les rats.

Al-Ani MKh, Xu K, Sun Y, Pan L, Xu Z, Yang L.

Cellules souches Int. 2015;2015:984146.

 

[13] Mobilisation aiguë et migration des cellules souches dérivées de la moelle osseuse à la suite d’une rupture antérieure du ligament croisé.

Maerz T, Fleischer M, Newton MD, Davidson A, Salisbury M, Altman P, Kurdziel MD, Anderson K, Bedi A, Baker KC.

Cartilage d’arthrose. 2017 août;25(8):1335-1344.

 

[14] L’effet du facteur stimulant de granulocyte-colonie sur la guérison de manchette de rotateur après blessure et réparation.

Ross D, Maerz T, Kurdziel M, Hein J, Doshi S, Bedi A, Anderson K, Baker K.

Clin Orthop Relat Res. 2015 Mai;473(5):1655-64.

 

[15] Utilisation du mobilisateur de cellules souches SE2® dans le cadre d’un traitement conventionnel sur les blessures à la cheville pour accélérer la récupération chez les joueurs de soccer professionnels. Garber M, Mazzoni P, Nazir C, ET Drapeau C. J. Advancement in Medical and Life Sciences, 2(3); 2015.

0
0
Votre panier
Votre panier est videRetour à la boutique
Calcul des frais de livraison
Appliquer le coupon